Les rues du village d'hier et d'aujourd'hui  

   Petit voyage dans le temps pour découvrir ou pour revoir (pour certains) la physionomie des rues de notre village à une époque où les habitants vivaient dans la rue et où les animaux de la ferme faisaient partie du décor quotidien.
  Au fil des années les rues se sont métamorphosées mais ont, comme dans la plupart des villages, perdu leur âme de lieu de vie et d’animation (La mécanisation, la télévision et bien d’autres facteurs y sont sans doute pour quelque chose).
En regardant les images d’hier et d’aujourd’hui,
- Les plus anciens éprouveront peut être une certaine nostalgie même s’ils apprécient les commodités actuelles.
- Les plus jeunes pourront se faire une idée des conditions de vie de leurs ainés et du grand bond en avant franchi en quelques décennies.

 
 
Rue du dessous.
Que de contraste entre ces deux photos, et pour cause, cette rue vient d’êtrerefaite à neuf.
Autrefois il était préférable de se chausser de
bottes pour circuler et slalomer entre les flaques d’eaux.
En fond d’image on aperçoit l’ancienne maison
qui occupaitl l’emplacement de l’actuelle demeure de Michèle et Alain Dufresne
 
Place de la gare.
Où est passé le petit train ? La gare a cédé sa place à la belle salle polyvalente et au pôle scolaire.
Avant d’être rasée, cette gare fut l’habitation de la famille Bourcheidt (cantonnier communal).
Aujourd'hui parking de la salle polyvalente, et du pôle scolaire.
 
Rue de la Grand Fontaine côté sud.
Là aussi des bâtiments à destination agricoles ont été transformés en habitations.
On y voit une charrette à foin.
 
Rue de la Grand Fontaine côté nord.
Qui peut imaginer aujourd’hui que cette rue a pu autrefois
être inondée ??
Le lavoir : Un témoignage du passé.
 
Rue de La Croiseau côté est
Autrefois rue ‘‘agricole’’ comme en témoigne la présence de nombreux tas de fumier,
Qui avait le plus gros, le plus beau tas de fumier à l’époque ?
 
Elle est aujourd’hui la rue la plus spacieuse du village.
 
 
Rue de La Croiseau côté ouest
Autrefois elle était ‘‘encombrée’’ mais elle était ‘‘vivante’’.
 
Aujourd’hui, comme la plupart des rues, elle est propre  
mais souvent déserte.
 
 
Rue de la Croisette Côté ouest.
Autrefois…
‘‘La vie était dans la rue’’ en témoigne la présence de nombreuses personnes au beau milieu de la rue
.
 
Rue de la Croisette Côté est.
Toujours beaucoup de personnes dans la rue. Le pas de porte était le lieu de prélassement. La vue est prise devant la maison André Tassot puis Jean-Pierre Robquin.
 
Place de l’ancien cimetière.
Autrefois, emplacement de l’ancien cimetière, jouxtant l’église. Après son transfert à l’écart du village, ce lieu servait occasionnellement de champ de foire
(comice agricole 1920).
Aujourd’hui aménagé en terre-plein.
 
Cour Pache.
La maison Pache a perdu sa dépendance latérale.
 
Place du village.
Peu de changement, l’allure générale est restée la même.
L’école des garçons a laissé la place à une salle
d’exercice multifonctions et le dernier étage de la mairie est devenu un magnifique stand de tir à la carabine.

Il faut cependant se rappeler qu’il y avait aussi des tas de fumier sur la place ! devant l’actuelle maison de Simone Delvaux et devant l’actuelle maison de Bernard Nonon.


 
 
Rue de la Place.
‘‘Les tas de fumier s’y alignaient aussi’’.
 
Carrefour du pont.
Autrefois, ce lieu était le lieu de rassemblement des troupeaux de bovins qui venaient boire à la rivière.
‘‘Le château a perdu une aile’’ L’ancien salon de coiffure de Mr et Mme Marcel Delvaux a été transformé en habitation
occupée actuellement par  Mr et Mme Marc Holoye.
 
Le bâtiment de l’ancienne école des filles n’a pas changé d’allure mais d’affectation, pour devenir boulangerie,
local infirmieret logement.
Les petits aqueducs de part et d’autre de la rue ont disparu. Le Thin, qui évoluait à ciel ouvert le long de la maison de Georges Turquin, a été recouvert et canalisé en souterrain.
 
Rue du Pierge.
L’atelier de menuiserie de Léon Girondelle a disparu.
La maison Orban a brûlé et un des fils y a perdu la vie.
Une maison paroissiale y a été aménagée près de
la maison de Mlle Millet(actuelle maison David Paquet).
 
Rue Rogeau.
On aperçoit la forge ‘‘Poirier’
(au dernier plan dans l’axe de l’église), celle-ci a été rasée.
La maison Ronsin, reprise par la famille (Lombart- Guillaume), qui fait l’angle de la rue, a gardé son style particulier (façade en briques rouges). Sur cette maison figure un poinçon de l’IGN, indiquant la cote 185 (altitude).
L’actuel salon de coiffure d’Émilie Lagny, était
autrefois un bureau de poste(1er plan à droite)
 
Rue du Calvaire.
La rue a très peu changée de physionomie.
 
Les Fourcières.
Autrefois lieu où s’alignaient les jardins du village
(souvent inondés).
Aujourd’hui devenu, secteur complétement urbanisé et
assaini.
 
La Forge Maillard.
‘‘La tour à changé de toit’’ même si la tour a perdu son toit on distingue encore bien le contour du château.
 
La Fosse à l’Eau, rue de Bellevue.
La rue principale sépare le village, "Mon coeur balance entre Launois et Thin".