Hommages:                         
Aux habitants ayant œuvré
pour la collectivité publique ou le milieu associatif


Daniel RAULET

Daniel nous a quitté le 14 septembre 2018 à l'âge de 94 ans.Il fut l'un des fondateurs du club de foot de Thin le Moutier, le "TAC" devenu aujourd'hui le "FCRT" après la fusion avec le club de Rouvroy sur Audry. Il a joué et dirigé pendant de nombreuses années au "TAC". Quand il a dû ranger les crampons il continua à être actif au sein du club, pour le traçage, le suivi des équipements et l'entretien de la pelouse.

Avec son épouse Lydie,ils assuraient les lessives et bien d'autres tâches pour le club de foot. Pour les remercier de leurs bons et loyaux services pendant 30 ans, le "TAC" leur avait offert un trophée.
 
Merci Daniel pour ton engagement et ton dévouement


 
                          Thierry ROGER

 Thierry nous a quitté brutalement le 23 juin 2016 à l'age de 54 ans et ses obsèques ont eu lieu le mardi 28 juin 2016 dans l'intimité.

   Thierry a eu à faire face à de nombreux et lourds problèmes de santé et  c'est avec surprise que les habitants du village ont appris son décès après 3  semaines d'hospitalisation.
   
  Malgré ses soucis de santé ,Thierry s'était fait un plaisir de mettre en place  le site internet du village et cette tâche bénévole lui avait donné du baume au  coeur car à travers la mise à jour de ce site il vivait pleinement tous les évenemens du village.

 Avant sa maladie , Thierry a tout d'abord été animateur à la FOL des ardennes puis il a créé son entreprise d'imprimerie avant de reprendre une formation en maintenance électrique pour s'installer à son compte.

 Malheureusement , ses soucis de santé lui ont interdit toute activité professionnelle et il était bien désolé de devoir rester "cloué" à son domicile.

 C'est avec enthousiasme qu'il a répondu aux sollicitations de la commune pour la mise en place du site internet et il avait même accepté de participer à la cérémonie des voeux 2016 au cours de laquelle le site a été dévoilé.

Nous tenons à le remercier pour son engagement et sa disponibilité totale à faire vivre le site de la commune. Nous allons nous attacher à poursuivre son action et dans ce cadre, nombreuses seront les occasions de penser à lui.


Édouard TANTON

  Le village vient de perdre une figure du passé. Édouard TANTON s’est éteint le 1er février 2016 et ses obsèques ont eu lieu le jeudi 4 février en l’église de THIN en présence d’une foule nombreuse.
  Ancien conducteur de travaux à la DDE, successivement à Haybes, Villers Cernay, Rocquigny,  Novion Porcien  et pour finir Signy  l’Abbaye, Édouard TANTON est décédé dans sa  90ème année. Il siégea au Conseil Municipal  pendant  deux  mandats de 1995 à 2007, où il fut 1er adjoint. À la retraite, Édouard faisait partie de nombreuses associations :  Au Souvenir Français dont il fut le Président,  ayant à cœur de faire entretenir  tous les lieux de mémoires, à la section locale des Anciens Combattants  de Thin ,au club des anciens du village et au  Groupe de Recherche sur l’Histoire de Thin .
  Nous tenons à le remercier pour les nombreux documents écrits et photos qu’il a mis à disposition des associations notamment à l’occasion d’expositions sur le village et son histoire. Edouard était un grand conservateur et il faisait partie de la « mémoire vivante » du village. La commune de Thin lui adresse ses remerciements pour le travail accompli et présente ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.
   Marié avec Liliane BAZART  depuis plus de 60 ans, ils ont célébré leurs noces de diamant  voici deux ans.     
  Avec son voisin Pierre HENRY alors maire du village ils ont administré la commune pendant plus de dix ans. Édouard a veillé à améliorer et moderniser  les équipements, les  installations et  les réseaux de la commune. C’était un homme de conviction, de tradition et de culture. Nous le remercions pour ce qu’il a fait avec ses collègues au sein de la collectivité. 
 
 

René RAULET

René Raulet vient de nous quitter à 96 ans.
  Né à Thin en 1920, cadet d’une famille d’agriculteurs de six enfants. Comme tous les gamins de son âge à cette époque, il fût associé dès son enfance aux  travaux des champs pendant les vacances.
   A douze ans, admis au concours des bourses, il entre à l’Ecole Primaire Supérieure de Mézières (aujourd’hui Lycée Monge). Il entre ensuite à l’école normale d’instituteurs que la guerre de 1939 va transférer à Parthenay dans les Deux Sèvres .
    De retour dans les Ardennes en 1941, il est un temps instituteur à Thin, puis, réfractaire au Service du Travail Obligatoire en Allemagne, il vit une vie clandestine dans la Résistance jusqu’à la libération.
   Le 3 août 1946, il épouse Magdelaine BAUDIER, institutrice elle aussi, ils auront deux filles, Sylvie et Nicole. Ils enseignent tous deux à Sedan, adeptes de la pédagogie Freinet qui donne une large part à l’étude pratique, à la vie quotidienne, à la nature, aux saisons. En 1948, ils sont tous les deux nommés à Saint Marceau qu’ils ne quitteront plus.
   Passionné de foot, René jouera longtemps à Thin au temps où existait l’Entente Thin- Signy .
   Homme de convictions, René est resté toute sa vie attaché à ses valeurs, défense de la liberté de pensée, de l’école de la République, de la laïcité, des acquis sociaux.
   Pour nous à Thin le Moutier, il restera l’homme de l’histoire locale. Dés avant la guerre, il recopiait déjà aux archives départementales tout ce qu’il trouvait sur son village de Thin qu’il aimait tant . Pendant 80 ans, il ne cessera jamais de chercher, partout où il pensait trouver quelque chose qui ferait un peu plus connaître le passé du village et la vie des habitants qui y vivaient avant nous .
  Tout ce qu’il trouvait, il avait à cœur de le partager, de le faire connaître. A l’origine ,avec quelques autres en 1976, du Groupe de Recherche sur l’Histoire de Thin, il était un des principaux rédacteurs des 26 bulletins publiés par cette association et l’auteur unique du numéro 26 dans lequel , il a rassemblé tous ses souvenirs de la guerre de 1940 qui avait tant marqué sa jeunesse .
     Qu’il soit ici remercié pour cette contribution exceptionnelle à la connaissance du passé de notre village, son souvenir restera vivant à travers tout ce qu’il a écrit pour le transmettre aux générations futures; c’est maintenant notre devoir de continuer son travail .
 

Marcel TAILLEUR

  Décédé à Thin le 28 mars 2015, nous avons célébré ses obsèques devant une nombreuse assistance, le 31 mars 2015; à 93 ans il était le doyen du village. Né à Thin le Moutier le 3 novembre 1921, dans une famille d’agriculteur de cinq enfants, Marcel était l’ainé des quatre garçons et une fille. 
Refugié à 18 ans, dans une ferme de l’Indre avec toute la famille à la seconde guerre mondiale. Le 10 novembre 1941, Marcel s’est engagé, réalisant ainsi un rêve d’enfant. Après un passage dans l’Armée de l’Armistice, suivi de l’intermède du maquis, il termina cette guerre devant le camp retranché allemand de Saint Nazaire. Transféré fin 1945 dans une Unité parachutiste de la légion étrangère, il totalisa plus de 60 sauts à son actif, et fit l'objet d’une blessure sérieuse par balle à une jambe en Algérie. Il suivit la destinée des militaires de carrière, alternant, séjours en Indochine et en Algérie.   Son admission à l’école d’élèves officiers de Saint Maixent en 1953, le ramena pour peu de temps en Métropole, avant d’être renvoyé en Algérie dès 1955 ; profitant du système de relèves périodiques, il épousa Jeannine à Thin en 1958. 
Rentré définitivement en France en 1962, il termina sa carrière dans différents postes administratifs à Bourges,  et pris sa retraite anticipée en 1975.
De retour dans les Ardennes avec les siens, il retrouva rapidement nombre d’amis d’enfance avec lesquels, il contribua alors à faire revivre l’Histoire du village par l’intermédiaire du "bulletin du groupe de recherche sur l'histoire de Thin le moutier".


 PS : Passionné de lecture,  on ne compte pas les livres qu’il a lu. Marcel faisait  partie des Anciens Combattants, avec de  nombreuses décorations notamment la légion d’honneur, reçues en hommage pour ses services rendus à la nation comme officier parachutiste en Indochine. Marcel faisait partie de la mémoire vivante de Thin. C’était un archiviste, il passait énormément de son temps à consulter les archives départementales mais aussi nationales à Paris. Bon marcheur aussi, il a,  avec ses collègues participé à des fouilles archéologues sur le passé du village remontant à l’époque mérovingienne (débris d’outils, de vaisselles, de vases, clés, objets et armes d’époque exposé dans la vitrine de la mairie).
 

Marc SINGERY

  Le 13 novembre 2014, Monsieur Marc SINGERY nous quittait après une longue vie parmi nous. Sa santé s’étant brusquement dégradée depuis quelques semaines seulement.
  Son décès brutal nous a tristement surpris, et a laissé un grand vide parmi nous. Né à Thin le Moutier le 12 novembre 1928, il faisait partie d’une famille du village depuis très longtemps.     Marié avec Gisèle Miser, décédée voici 2 ans, ils ont toujours habité au village, une ferme de la Fosse à l’Eau, puis en retraite plus près de nous. Ils ont eu une fille, Pascale et un petit fils Cyrille.
 
   Marc faisait partie du groupe de recherche sur l’histoire de Thin. Il participait activement à toutes les réalisations d’expositions et notamment la dernière, qui lui tenait particulièrement à coeur, celle du centenaire de la bataille de la Fosse à l’Eau, dont sa famille fut un ardent témoin, puisque elle réalisa l’édification du monument côté français sur une de ses terres, ce qui équilibra la mémoire des forces en présence de cette terrible bataille du début de la grande guerre 14-18.
  Marc était doué en bricolage, il réalisa de nombreux travaux pour la commune et dépanna beaucoup de personnes. C’est lui qui réalisa la porte de l’an 2000, imposante structure métallique érigée aux abords de la salle polyvalente.
 C’était quelqu’un de très présent et actif dans les associations et différentes organisations. Homme d’une grande gentillesse, il rendit de très nombreux services et ce malgré son handicap.
 Ardent participant au bulletin municipal c’est lui qui Effectuait les relevés météos et le niveau d’eau des puits,  dont les résultats figuraient chaque année dans le bulletin municipal.
D’ailleurs c’est avec minutie et régularité qu’il a encore effectué ces relevés, la veille de son décès .
                                                                                                                                           Merci Marc