Expressions : signification et origine
"faire un fiasco" : Echec complet et notoire. Ainsi une représentation théâtrale peut être un fiasco en raison de l'impréparation des acteurs. Le mot "fiasco" est d'origine italienne. Il signifie "bouteille". Il désigne un insuccès en raison de la mésaventure d'un acteur du 17ème  siècle. Biancolli jouait à Florence le rôle d'Arlequin. Au cours de la pièce, avec un objet dans ses mains, il devait tenir un discours comique ayant pour support cet objet. La mise en scène était d'habitude très efficace et les spectateurs riaient beaucoup. Mais un soir, il connut un revers. Alors qu'il se présenta sur scène avec une bouteille à la main, l'acteur ne réussit pas à faire rire son public. Pour se sortir de cette situation gênante il prit à parti son fiasco, pour l'accuser d'être à l'origine du bide. Depuis, quand un artiste connait un échec on dit qu'il a fait un "fiasco". De nos jours l'expression se trouve à s'appliquer à de nombreuses activitès humaines autres que théâtrales.
 
"nom d'oiseaux" : donner des noms d'oiseaux à quelqu'un consiste à l'injurier en utilisant des qualificatifs insultants. Cependant le terme est souvent moins brutal qu'une véritable injure. "On donne des noms d'oiseaux" depuis la fin du 19ème. Le sens de cette expression a une explication très simple. Depuis des siècles l'homme utilise le nom de véritables oiseaux comme autant d'insultes. En voici quelques exemples: avoir une cervelle de "moineau" pour quelqu'un de limité intellectuellement, une "bécasse" ou une "dinde" pour une femme idiote, une "pie" pour un individu trop bavard, une "buse" pour un ignorant,une "autruche" pour qui refuse de voir la vérité en face,un "corbeau" pour l'auteur de dénonciations anonymes, une "grue" pour une prostituée ou encore une "poule" mouillée pour désigner celui qui est peureux.
 

"l'alpha et l'omega" "le début et la fin" et par extension la totalité. Cette formule se base sur l'alphabet grec. L'alpha occupe la 1ère place de cet alphabet, tandis que l'omega y occupe la 24ème et dernière place. La tradition chrétienne assimile souvent Jésus Christ à l'alpha et l'oméga car Dieu dit dans Apocalypse1:8 "je suis l'alpha et l'oméga, celui qui est,qui était, et qui vient, le Tout Puissant". Puis dans Apocalypse 21:6 : "je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l'eau de la vie,gratuitement". "L'alpha et l'omega" symbolise l'éternité du Christ. De nos jours la dimension religieuse a disparu mais l'idée de totalité pour parler de quelquechose est restée. Dans le langage courant, l'alpha et l'oméga a parfois pris le sens de nec plus ultra.
 
"cracher au bassinet": payer à contrecoeur. Dès le 16ème on note l'apparition de l'expression "cracher au bassinet". Le "bassin" était alors le récipient à aumône utilisé pendant les cérémonies religieuses. Plus simplement c'était le panier servant à recueillir l'argent lors de la messe. Y mettre de l'argent pouvait s'avérer un tâche effectuée sans enthousiasme. Mais pourquoi donc utiliser le verbe "cracher"? Certains soulignent qu'au 19ème celui qui crache au bassinet a autant de mal a donné son argent dans le panier qu'un malade à expectorer ses mucosités. Si l'image semble satisfaisante elle est erronée. En réalité dès le 15ème "cracher" signifie en argot "parler". Puis il prend le sens de "passer aux aveux" sous la contrainte, pour enfin prendre le sens de "payer" de façon aussi pénible que si on devait avouer une faute.

"snob": personne qui aime les manières ou adopte des postures à la mode dans des microcosmes qui se pensent distingués et qui entretiennent un mépris pour ceux qui n'adhèrent pas à leur mode de vie. L'usage de l'expression "snob" remonte au 18ème en Angleterre. Le mot est la contraction du latin "sine nobilitate" (sans noblesse), et s'écrivait "s.nob". cette mention figurait sur les registres d'inscription de l'université de Cambridge afin de préciser que l'étudiant en question était issu de la petite bourgeoisie et non de la noblesse. Il s'agissait donc d'une information écrite à caractère personnel figurant dans un fichier scolaire. Or parmi ces élèves qui n'appartenaient pas à la noblesse certains voulaient imiter par jalousie les manières des aristocrates. A défaut d'appartenir à l'élite, ils tendaient à reproduire le comportement de cette classe sociale qui s'estimait supérieure. Les aristocrates eux n'appréciaent guère ce comportement et en retour les traitaient de "snobs".
"être sous la férule " de quelqu'un : Etre plaçé sous l'autorité d'une tierce personne, le plus souvent d'une grande sévérité. Le mot "férule" vient de la férula, une plante qui ressemble à un roseau et qui pousse autour de la méditerranée. Autrefois on se servait de sa tige extrémement rigide une fois sèche, pour fabriquer des férules, ces règles d'école tant craintes par les élèves au siècle dernier. Elles étaient en effet utilisées par les professeurs pour taper sur les doigts des enfants récalcitrants. Dès 1694 le dictionnaire de l'académie française valide le mot "férule" pour désigner cette règle de bois. Naturellement dans le langage courant cet outil symbole de l'apprentissage dans la souffrance fut repris pour désigner une rude autorité.
 

"garde chiourme" : toute personne sévère en charge de la surveillance d'un lieu et dont le caractère est jugé brutal et autoritaire. A l'origine, durant l'antiquité, le terme "chiourme" était utilisé pour les chants qui donnaient la cadence aux rameurs sur les galères naviguant en mer méditerranée. Accompagnés le plus souvent de tambours, ces chants donnaient aux forçats le rythme de l'effort qu'ils étaient contraints de produire pour faire avancer leur embarcation plus rapidement que la seule force du vent dans les voiles. Ainsi par extension le mot "chiourme" s'est mis à désigner les galériens eux mêmes, tantôt rameurs volontaires, tantôt esclaves ou repris de justice. Pour s'assurer que ces hommes ne faiblissaient pas, un gardien muni d'un fouet les surveillait. Ce "garde chiourme" , prenant place dans la cale aux côtés des galériens, faisait souvent preuve de la plus grande brutalité.
 
"boire à tire-larigot" : L'origine de cette expression se situe en normandie. Au 13ème, un archevêque du nom d'Odon Rigaud fit cadeau d'une cloche, à la ville de Rouen. Celle ci fut installée à la cathédrale et prit le nom de la Rigaud. Les dimensions et le calibre de l'objet étaient inédits pour l'époque. Elle pesait 6T. Aussi, sonner la cloche nécessitait un effort considérable. Un effort qui mettait ceux qui s'y épuisaient dans un état de fatigue similaire à ceux qui avaient bu beaucoup d'alcool. Suivant la même idée ils devaient pour reprendre des forces boire énormément. Assoiffés par l'effort ils buvaient "à tire la Rigaud". La Rigaud devint progressivement larigot.
Il existe cependant une explication qui diffère totalement. Selon celle-ci, l'expression serait née à la fin du 15ème de l'association du verbe "tirer", c'est à dire aspirer un liquide et du nom d'une flûte appelée "larigot". "Boire à tire larigot" aurait alors désigné le fait de siffler le vin des bouteilles à la manière de ceux qui jouaient de l'instrument. 


 
travailler "au noir" :travail non déclaré  origine Moyen Age,à une époque où les travaux devaient obligatoirement être réalisés durant la journée. Or , il arrivait pour des questions de rendement, notamment en hiver lorsque les journées sont les plus courtes, que les travailleurs soient contraints de poursuivre leur tâche de nuit , éclairés par de simples bougies. Ainsi le travail réalisé clandestinement à la nuit tombée s'est naturellement nommé "travail au noir". Puis l'expression a graduellement gagné toute activité illégale cachée, réalisée de jour comme de nuit. Depuis 1985 cette infraction, appelé "travail dissimulé"  est un délit. (employer une personne non déclarée aux organismes sociaux ou activités lucratives sans inscription au registre du commerce, des métiers et aux organismes fiscaux et sociaux).
 
"faire le pied de grue": attendre debout longuement de façon immobile. La formule est marquée péjorativement. Celui qui fait le pied de grue a l'air un peu sot. Avant le 17ème, on disait plutôt "faire la jambe de grue". L'expression fait donc référence à l'oiseau, la grue, de la famille des échassiers et réputé pour , malgré ses deux longues pattes, sa capacité à se tenir sur une seule d'entre elles. Cet animal est si à l'aise dans cette position qu'il peut même dormir ainsi. De l'oiseau est né le verbe "gruer" et en argot "la grue" devint la prostituée attendant sans fin le client dans la rue sur une jambe, un pied par terre et l'autre sur le mur. Elle semble ainsi faire au sens propre le "pied de grue" sur le trottoir.

""faire un pataquès" : donner une importance considérable à une situation ou un évènement qui ne le mérite pas. Cette expression a pour origine une faute de liaison dans le langage oral. Ainsi un spectateur d'une pièce de théatre, assis à côté de deux dames peu instruites, avait trouvé un éventail au sol. Il leur demanda s'il leur appartenait et se vit répondre: "il n'est point-z à moi" par l'une et 'il n'est pas-t'à moi par l'autre. Face à cette erreur de liaison, il aurait répondu "alors je ne sais pas-t'à -qu'est-ce!". Cette expression liée aux fautes grossières aurait été reprise dans le langage courant en se fixant,sans que l'on sache pourquoi; sur des choses sans importance.

 
"avoir la poisse": être frappé de malchance avec une notion de récurrence. Celui qui a la poisse n'est pas seulement malchanceux.Il manque de réussite sur le long terme.Il a souvent des ennuis et souvent de façon consécutive. Le terme "poisse" vient du mot "poix", une sorte de colle épaisse et gluante fabriquée au moyen âge avec de la résine de pin ou du goudron de bois.Elle était si visqueuse et gênante qu'elle était déversée brûlante sur les assaillants des châteaux. Cette substance donna le verbe "poisser" signifiant enduire de poix. Puis "la poisse" se mit naturellement à désigner quelquechose qui colle et dont on arrive pas à se défaire, une malchance.
 
"une arlésienne" : toute personne ou toute chose que l'on attend et qui ne vient jamais.Elle n'a rien à voir avec la logeuse de Vincent Van Gogh dont il peignit le portrait en 1872. LArlésienne de l'expression est tout comme elle une habitante de la ville mais n'a jamais existé. On la trouve dans une nouvelle d'Alphonse Daudet,figurant dans le recueil des nouvelles, Lettres de mon moulin paru dans la seconde moitié du 19ème. Un opéra fut tiré de cette nouvelle en 1872. L'histoire est celle d'un jeune homme qui désire épouser une jeune arlésienne rencontrée une seule fois. Mais malheureusement celle ci ne se présenta pas le jour des fiançailles et l'amoureux finit par se suicider. Le personnage de l'Arlésienne n'apparait donc jamais sur scène et cette absence inspira l'expression qui nous occupe pour désigner quelqu'un, une chose ou un évènement que l'on espère ,dont on parle, mais que l'on ne voit jamais.
 
"un chèque en bois" : chèque sans provision sur le compte bancaire. La locution "de bois" est apparue au 13ème. A cette époque le bois était très abondant. Sa valeur et le prix de ce qui était réalisé en bois était bas. On y avait dès lors souvent recours pour réaliser des imitations d'objets, comme les jambes de bois. Cette fausseté se retrouve précisément dans l'expression qui nous occupe. Puis progressivement"de bois" devint "en bois". Le chèque en bois est bel et bien un faux moyen de paiement.. Il en a l'apparence sans permettre le transfert effectif de l'argent. A noter qu'on retrouve le bois dans l'expression "langue de bois" qui exprime la même idée de fausseté, cette fois dans le discours.
"minute papillon"expression récente du 20ème. origine incertaine. Deux hypothèses:
la 1ère: il s'agit de demander de ralentir le rythme à celui qui se comporte comme un papillon, volant de fleur en fleur rapidement, sans se poser nulle part très longtemps et qui agit avec impatience ou inconstance. L'injonction consiste à lui demander de cesser précisément de "papillonner".
la 2èmeaucun lien avec l'insecte. En 1930 des journalistes du canaard enchainé fréquentaient le café du cadran à Paris. Là, un serveur du nom de Papillon aurait eu pour habitude de répondre à toute requête des clients par un systématique "minute ,j'arrive".Amusé par le caractère répétitif de la réplique, les clients l'auraient surnommé "minute papillon" et auraient ensuite popularisé l'expression.
 
"Etre dans de beaux draps" : se trouver dans une situation compliquée ,incertaine voire dangereuse. Dès l'antiquité les draps ont désigné les habits;Les vêtements blancs ont longtemps été utilisés pour habiller les personnes qui avaient commis des fautes.Ainsi au 18ème l'expression exacte qui était alors  "être dans de beaux draps blancs" indiquait que l'on était dans une situation honteuse puisqu'exposé avec tous ses défauts.En effet les gens accusés d'adultère devaient , pour être pardonnés, assister à la messe vétus de la tête aux pieds , en blanc.Cela signifiait être l'objet de sarcasmes et de moqueries .Aujourd'hui, le qualificatif , blanc, a disparu, le caractère honteux aussi mais le sens profond de l'expression relative à la situation onconfortable est resté. 
 
"prendre la mouche": se vexer. deux explications
la 1ère :elle est animale. Au milieu du 17ème, date de l'apparition de cette expession,une mouche désignait tous les insectes volants qui peuvent troubler le calme d'une existence ou d'un repos. (mouches,guêpes,abeilles, frelons, taons, etc..) ; or quand un de ces insectes vient déranger un animal,une vache par exemple, celle ci peut avoir une réaction brutale et soudaine. Elle s'agite et fuit à toute vitesse.
la 2ème : La mouche désignait dès le 16ème, une pensée négative soudaine. Quand nous prenons la mouche , notre esprit prendrait ainsi ombrage d'un souci arrivé brusquement.

 
"tout de go" : directement, sans préalable ni précaution. date du 17ème. "go" n'a rien à voir avec le jeu de plateforme d'origine chinoise, pas d'avantage avec le verbe anglais "aller". Cette locution est en revanche en lien direct avec l'expression ancienne "avaler tout de gob" dont elle est la formule simplifiée. Le terme "gob" qui a donné le verbe "gober" est cette technique d'ingestion des aliments.Or l'acte de gober est réalisé rapidement (s'alimenter de façon hative). Il est donc logique que l'action réalisée tout de go le soit tout autant en un instant.Au sens figuré le verbe "gober" prit naturellement le sens de "croire facilement, sans réfléchir".
 
"talon d'Achille" : une faiblesse. Cette expression fait référence à un héros de la mythologie grecque: Achille. Enfant, la mère d'Achille , la nymphe Thétis, l'y avait plongé dans l'eau du fleuve Styx dont il acquit sa force surhumaine. Mais pour le tremper Thétis avait dû le tenir suspendu par le talon , lequel n'entra pas en contact avec l'eau aux pouvoirs magiques. En conséquence son talon ne bénéficia pas de la même invulnérabilité que le reste du corps. Or il périt par cette partie du corps en recevant une flêche empoisonnée à cet endroit précis.L'histoire retint que le talon d'Achille fût son unique faiblesse pourtant fatale. 
 
"se regarder en chiens de faïence" : quand deux personnes se regardent ou s'observent sans dire un mot, on dit qu"elles "se regardent en chien de faïence". Il y a souvent de l'animosité dans l'air.Le mot faïence vient de la céramique réputée pour sa qualité originaire de Faenza en Italie. On y fabrique depuis des siècles de la vaisselle de céramique. A partir de cette petite localité, la faïence a conquis l'Europe dont la France.Très populaire dès le 17ème , l'expression trouve son origine dans la pratique d'antan de disposer des petites sculptures ou statues de chiens en guise d'élément de décoration dans les intérieurs, en particulier sur les cheminées.A les observer se regarder froidement on comprend aisément comment l'expression est née et pourquoi elle s'applique si bien aux rapports humains.

"comme cul et chemise":  personnes ayant une très grande complicité.Elles sont inséparables. Cette métaphore de l'amitié entre 2 personnes est souvent utilisée dans un sens légèrement péjoratif. La mention du cul et de la chemise, souligne simplement le caractère inséparable des 2 parties , comme le lien qui existe entre le corps (le cul) et le vêtement qui l'habille ( la chemise). Car les chemises de l'époque ressemblaient plutôt à de longues chasubles qui en font véritablement l'ancêtre des sous vêtements modernes. La chemise atteignait ainsi le cul . Il y avait la même promiscuité entre 2 personnes que celle existant entre le vêtement et le corps humain.
"un enfant de la balle": personne , le plus souvent un artiste ,qui a été élevé par des parents du milieu artistique. Au 17ème, en lien avec le jeu de paume/ La balle venant de ce jeu de raquette/ l'enfant parce qu'il était le fils du maitre de jeu de paume donc bien formé et excellent.
 
"apprendre par coeur": mémoriser srupuleusement, retenir dans les moindres détails,sans forcément comprendre toutes les subtilités. On doit cette formule à une vieille croyance.Retenir ce qu'on apprend est une affaire de mémoire. Or autrefois on plaçait la mémoire , non dans le cerveau mais dans le coeur. Dès l'antiquité, l'estomac et le foie était censés être le centre des sentiments. Quant au coeur, il était considéré comme le siège de la vie. C'est de là que vient cette expression qui signifie apprendre la vie avec son coeur. Ce n'est qu'au 19ème que l'homme comprit que le cerveau était le siège de la mémoire et de l'intelligence.
 
"boire à tire-larigot": boire énormément. Origine en normandie. Au 13ème, un archevêque du nom d'Odon Rigaud fit un cadeau, une cloche, à la ville de Rouen. Celle ci fut installée à la cathédrale et prit le nom de "La Rigaud". Cette cloche était énorme et pesait 6T. Aussi,sonner la cloche nécessitait un effort considérable . Un effort qui mettaient ceux qui s'y épuisaient dans un état de fatigue similaire à ceux qui avaient bu beaucoup d'alcool.Suivant la même idée, ils devaient, pour reprendre des forces, boirent énormément.Assoiffés par l'effort ils buvaient à "tire la rigaud". La Rigaud devenant par la suite Larigot.
 
pourquoi dit on "GI" ? : GI est le terme utilisé pour designer le soldat américain depuis le 20ème. Il s'agit d'une référence au sigle "Galvanized Iron" signifiant "fer galvanisé" en anglais, qui figurait à l'époque sur différents objets en métal utilisés par l'armée américaine. Certains pensaient à tort que le sigle signifiait "Gouvernment Issued" c'est à dire "fourni par le gouvernement". Si l'expression devint populaire c'est parce que les soldats eux mêmes l'utilisèrent ,durant la seconde guerre mondiale . Ensuite le succès de l'acronyme fut rapide parmi la population civile, aux US comme en europe.
 
"22 v'la les flics" : le vingt deux signifie "couteau" dans l'argot français du 19ème et l'arme favorite des brigands était le "couteau d'arsouille" avec sa lame de 22cm. 22 signifiait donc "tous à vos armes" face au danger.Mais c'est une autre explication du 19ème elle aussi qu'il est préférable de retenir car elle fait presque consensus.Dans les imprimeries de l'époque ,ceux dont le rôle était de composer les textes avant impression,les linotypistes ,avaient mis en place un code typographique pour prévenir de l'arrivée d'un responsable. En imprimerie la taille des lettres s'appelle le corps. Elle est désignée par les chiffres .Si les corps 9 et 10 sont de taille ordinaire, le corps 11 commence déjà à être plus grand.Le corps 22 est donc très grand. Il convenait parfaitement pour signifier l'importance hierarchique d'un arrivant.Si l'un des ouvriers criait "22"ses collègues comprenaient tout de suite que le contremaître était en vue. D'où l'expression pour designer l'autorité puis la police et annoncer son arrivée.
 
"travailler au noir": origine au Moyen Age, à une époque où les travaux devaient obligatoirement être réalisés durant la journée. Or il arrivait pour des questions de rendement, notamment en hiver lorsque les journées sont les plus courtes, que les travailleurs soient contraints de poursuivre leur tâche de nuit,éclairés par de simples bougies. Ainsi le travail réalisé clandestinement à la nuit tombée, s'est naturellement nommé "travail au noir" . Puis l'expression a graduellemnt gagné toute acticité illégale cachée, réalisée de nuit comme de jour.
 
"Steak tartare": recette faite d'un plat de viande de boeuf ou de cheval crue ,hachée. Origine lointaine du temps des tribus nomades des steppes de mongolie, les tartars ou tartares.Ils se déplaçaient à cheval et pour se nourrir, cet ancien peuple découpait des morceaux de viande qu'ils salaient et plaçaient juste sous la selle de leurs chevaux.Les mouvements de la monture malaxaient la viande naturellement et le poids du cavalier permettait d'evacuer le sang.Quelques heures suffisaient pour attendrir la viande. Il suffisait ensuite d'enlever le sel et de la hacher grossièrement sans cuisson préalable.
 
"trainer des casseroles": être mélé à des affaires qui ont des conséquences sur la réputation. Il s'agit d'une métaphore qui exprime le fait de subir les effets négatifs d'un acte commis antérieurement. Au 20ème ,très utilisée dans le monde politique où les casseroles peuvent peser lourd lors d'une campagne électorale. Elle trouvait son origine dans un jeu d'enfants qui consistait à attacher des casseroles à la queue d'un chien qui, effrayé par le bruit, se mettait à courir à toute allure et dans tous les sens.Les casseroles sont donc devenues naturellement le symblole de l'embarras, de la gène mais aussi d'événements ou de faits dont il est difficile de se débarasser.
 
période de "vaches maigres" : épisode de pauvreté,de privations, dans l'espoir de jours meilleurs. On trouve cette expression dans la bible (AT). dans un rêve, le pharaon vit des vaches sortant du Nil, le fleuve sacré egyptien: 7vaches grasses et 7 vaches maigres, interprété par joseph ,représentant la sagesse, comme un signe d'apparition de 2 périodes successives, une 1ère égale à 7 ans de prospérité et une 2ème période égale à  7 ans de disette. Il fut chargé de préparer le pays à la période de disette en remplissant les greniers et en prélevant 1/5 des bonnes récoltes, d'où l'expression,symbole des temps difficiles.
 
"Etre dans le coaltar": Etre mal réveillé ou hébété. Référence au coaltar, sorte de goudron obtenu par distillation de la houille et qui sert à recouvrir les routes ou enduire les coques en bois des bateaux. Le mot lui même a pour origine "coal" terme anglais qui veut dire "charbon" et "tar" signifiant "goudron". Une personne ayant les pieds dans le goudron a des difficultés à se mouvoir. Ses gestes paraissent ralentis et approximatifs,exactement comme celui qui est nonchalant ou à moitié endormi (même effets en respirant les émanations toxiques du coaltar). De nos jours, l'expression est surtout utilisée après une nuit de sommeil trop courte ou agitée et souvent trop arrosée.
 
"faire un tabac": rencontrer un succès considérable.Vocabulaire utilisé par les marins au 19ème. A l'époque un "coup de tabac" est une tempête brusque, intense avec de forts vents et du tonnerre, donc beaucoup de bruit. Par extension on a utilisé cette expression dans le milieu artistique quand un spectacle se concluait par des applaudissements nourris. Aurjourd'hui, cette expression dépasse le cadre des représentations artistiques.
 
"la poudre d'escampette": s'enfuir ou déguerpir pour échapper à une situation inconfortable. Le terme "escampette" provient "d'escamper" venant lui même de l'italien "scampare"signifiant "s'enfuir". Quant à la poudre, pour certains ils'agit d'une référence directe aux faux remèdes très courants au 17ème, prétendument miraculeux pour échapper à certaines maladies.Il s'agit bien d'une fuite par rapport à une situation délicate. Pour d'autres la "poudre" serait plutôt la poussière dégagée lors d'une fuite précipitée.Le fuyard produisant ainsi la poudre de sa propre escampette.
 
"ouvrir la boite de pandore": adopter un comportement qui est susceptible de déclencher une série d'événements désastreux . Cette expression provient de la mythologie grecque.Prométhée vola le feu aux dieux et en fit un cadeau aux hommes.Contrarié Zeus demanda à Vulcain de créer une femme du nom de "Pandore" signifiant "doté de tous les dons".Faite de terre et d'eau, elle avait notamment les dons de beauté, de grâce,d'intelligence mais aussi de l'art de la tromperie.Envoyée chez prométhée, elle épousa le frère. Lors de son mariage, on remit à Pandore une jarre dans laquelle se trouvaient tous les maux de l'humanité.Mais on lui interdit de l'ouvrir.Malheureusement, poussée par la curiosité, elle l'ouvrit et tous les maux se répandirent sur terre.

"violon d'Ingres": passion ,souvent en lien avec les arts , à laquelle on s'adonne en dehors de son activité principale.On doit cette expression au peintre néo-classique, Jean Auguste Dominique INGRES né en 1870 qui exerça ses talents de grand portraitiste au 19ème.Il peignait également des tableaux d'histoire et de nus féminins. Au delà de la peinture,INGRES vouait une passion pour la pratique du violon.Au début du 20ème on se mit à nommer naturellement un "violon d'Ingres" toute activité secondaire et non professionnelle éxercée passionnément. Aujourd'hui on utilise plutôt le mot anglais "hobby".
 
 
"c'est la Bérézina" : expression qui souligne le caractère désagréable ou de déroute d'une situation.Tout semble alors perdu et l'échec parait inévitable. Au 20ème , cela fait référence à une bataille du siècle précédent. La Bérézina est un fleuve situé en Biélorussie. Sous Napoléon Ier pendant la campagne de Russie, en Nov 1812, la grande armée lutta contre la faim et le froid. Cernée par les russes , l'empereur ordonna la retraite et les français arrivèrent finalement devant la Bérézina, large d'une centaine de mètres.L'eau était extrèmement froide mais pas glacée. Il fallait donc construire des ponts pour la traverser et espèrer ainsi échapper aux russes.Le temps pressait et les ponts furent brûlés volontairement pour que les adversaires ne puissent pas les utiliser.Des dizaines de milliers de soldats français, épuisés, se retrouvèrent alors coinçés du côté des russes.
 
 
"Attendre 107 ans": expression datant du Moyen Age à Paris. Elle fait référence au nombre d'années nécessaire à la construction de la cathédrale Notre Dame. Les travaux pharaoniques pour l'édification de ND commençèrent en 1163 pour s'achever plus d'un siècle plus tard en 1270 soit 107 ans. Plusieurs générations d'ouvriers s'y succédèrent. Les parisiens durent faire preuve de patience. Ainsi serait née l'expression désormais entrée dans le langage courant dès lors qu'un individu s'agace d'une longue attente.
 
 
"un coeur d'artichaut" : celui qui tombe souvent et facilement amoureux. fin 19ème . C'est la forme raccourcie du proverbe "coeur d'artichaut, une feuille pour tout le monde". Métaphore , analogie entre coeur humain et coeur d'artichaut, partie centrale à laquelle sont attachées toutes les feuilles. On en mange le coeur directement et un peu de celui ci indirectement, resté sur chacune des feuilles que l'on détache une par une.Au fur et à mesure de sa dégustation le coeur de ce légume donne un peu de lui même, exactement comme le coeur humain à chaque fois qu'il tombe sous le charme d'une nouvelle personne. Et comme un artichaut est composé de très nombreuses feuilles, celui qui y est comparé tombe très souvent amoureux.
 
"Rater le coche" : manquer une bonne occasion. Au 16ème le terme "coche" représente deux moyens de transport distincts : -tout d'abord un véhicule attelé hyppomobile, transport en commun de personnes.-d'autre part les transports fluviaux ,très répandus à l'époque.Pour les emprunter Rendez vous était donné à heures fixes.Si l'on était en retard , on ratait le coche.Les coches ont disparu et l'expression s'est élargie à "rater une bonne occasion de ..."
 
"Tonnerre de Brest"juron de marin pour exprimer la colère. Deux explications avec pour point commun,un canon. La 1ère: référence au coup de canon qui annonçait quotidiennement pendant 3 siècles , l'ouverture et la fermeture des portes de l'arsenal de Brest à 6h et 19h aux pieds du chateau de la ville. La 2ème: référence aux coups de canons qui signalaient de 1751 à 1858, les évasions des forçats du bagne de Brest. Ces tirs informaient la police mais aussi les habitants qui,s'ils capturaient l'évadé, recevaient une récompense.
 
"faire le pied de grue"attendre debout longuement et de façon immobile. La formule est marquée péjorativement.Celui qui fait le pied de grue a l'air d'un sot.Avant le 17ème on disait plutôt 'faire la jambe de grue". L'expression fait donc référence à l'oiseau, la grue, de la famille des échassiers et réputé pour, malgré ses deux longues pattes,sa capacité à se tenir sur une seule d'entr'elles.Cet animal peut même dormir ainsi.De l'oiseau est né le verbe "gruer"et en argot "la grue" devint la prostituée attendant sans fin le client dans la rue ,sur une jambe, un pied parterre et l'autre sur le muret.Elle semblait ainsi faire au sens propre "le pied de grue"sur le trottoir.
 
"avoir un estomac d'autruche": personne qui peut avaler et digèrer n'importe quoi.Cette expression est une référence à l'estomac de l'autruche qui peut avaler des cailloux,des morceaux de fer sans être incommodée.Par analogie, une personne capable d'avaler une quantité anormalement importante de nourriture , est dite posséder un estomac d'autruche.

"en papillote":Un aliment en papillote est enroulé dans une feuille de papier (bonbons ou chocolats également).En cuisine une papillote est une feuille de papier sulfuré ou d'alu qui sert à envelopper l'aliment pour sa cuisson. Date du 18ème. A Lyon, un employé d'une confiserie volait régulièrement des bonbons,non pas pour sa consommation personnelle,mais pour les offrir à une jeune femme.Il les enveloppait dans un papier en écrivant un petit mot doux.Son employeur, Monsieur PAPILLOT au courant de ces vols, le licencia.Mais séduit par l'apparence des bonbons ainsi emballés,il en reprit l'idée et commercialisa ses produits ainsi présentés,d'où l'expression.
 
"le marchand de sable est passé": quand on commence à avoir sommeil, nos paupières clignent. On se frotte les yeux comme si on éprouvait une gêne, comme des petits picotements similaires à ceux provoqués par de petits grains de sable ayant pénétré entre paupière et oeil.Dans ce cas ,on dit, surtout aux enfants, que le marchand de sable est  passé.Dès le 17ème apparait le personnage enchanteur qui vient jeter du sable dans les yeux des enfants , manière plaisante de dire à un enfant qu'il doit aller coucher.

"s'emmêler les pinceaux": s'embrouiller, se tromper. Argot du 20ème,le mot "pinceau" comme le mot "pince" étaient utilisés pour désigner la main et le pied et de manière générale l'extrémité d'une chose.Celui qui s'emmêlait les pinceaux ,s'emmêlait au sens propre les mains ou les pieds dans l'exécution d'une tâche ou au sens figuré,était plongé dans un état de confusion mentale face à une situation donnée. On s'emmêle les pinceaux ,on peut aussi se prendre les pieds dans le tapis.



Créer un site
Créer un site